Quelle approche avez-vous retenue pour traiter le thème « Access to justice beyond borders » ? Pourquoi ?

Afin de traiter au mieux les enjeux du thème de l’ELSA Day, nous avons souhaité traiter un thème juridique d’actualité et ouvert sur le monde. Nous nous sommes donc penchés sur les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT). Leurs droits fondamentaux sont en effet souvent violés et l’accès à la justice leur est impossible dans de nombreux pays comme en Europe de l’Est, en Russie ou en Arabie Saoudite.
C’est une réalité et une cause que nous avons décidées de défendre dans une optique de sensibilisation tout en ayant une approche juridique au travers des procédures et actions qui ont été entreprises par les nombreuses associations défendant les droits de la communauté LGBT.

Présentez votre/vos évènement(s) ? Pourquoi avez-vous choisi d’organiser ces évènements en particulier ?  

Afin de toucher un maximum de personnes, nous avons choisi d’organiser une conférence. Cela permettait aux intervenants de pouvoir parler facilement des différents thèmes abordés, tout en laissant un temps d’échange à la fin de leur présentation pour d’éventuelles discussions. La conférence permet également de prévoir de nombreuses places pour des personnes extérieures, en plus des membres de la faculté et de l’association.

Présentez les différents intervenants de vos événements ? Pourquoi avez-vous choisi d’inviter ces personnes en particulier ? Résumez, en quelques lignes, les différents thèmes et problématiques abordés par ces intervenants.

Pour cet événement, nous avons eu le plaisir d’accueillir Amnesty International France, Stop homophobie ainsi que Maître Etienne Deshoulières, avocat défendant de nombreuses associations de défense des droits de la communauté LGBT.

Nous avons choisi Amnesty International et Stop Homophobie pour leurs connaissances pratiques et pour leur engagement quotidien. De telles interventions ont été enrichissantes au regard du cadre juridique posé par le sujet principalement lié aux persécutions étatiques à l’encontre de la communauté LGBT et à l’accès à la justice de cette communauté. Enfin, Maître Deshoulières a pu apporter une analyse juridique en complément de l’intervention de ces deux associations.

Quel(s) apport(s) juridique(s) pouvez-vous dégager de votre événement ?

La problématique de la conférence amenait les intervenants à discuter de la situation de la communauté LGBT dans le monde et surtout de leur accès difficile voire impossible à la justice notamment dans les pays de l’Est de l’Europe.

Avec la présence de Maître Deshoulières, nous avons pu discuter des procédures mises en place pour défendre cette communauté dans des pays où leurs droits sont particulièrement violés. Ce dernier a par exemple déposé plainte devant la Cour Pénale Internationale (CPI) pour génocide.Le simple fait de proposer des solutions juridiques démontre ainsi la volonté des associations de défense mais aussi des professionnels du droit de protéger les droits à la communauté LGBT.

Lola CROSNIER, Vice-President Academic Activities ELSA Paris
Mehdi ROUAG, Vice-President Seminars & Conferences ELSA Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *