Ces derniers mois, le risque terroriste s’est amplifié et a envahi les débats. Les divers attentats ont remis en question la sécurité des citoyens. On s’est alors tourné vers les autorités étatiques pour pouvoir lutter contre le terrorisme. En France, on a mis en place l’état d’urgence, instrument constitutionnel qui a permis d’instaurer des mesures exceptionnelles pour répondre à un péril imminent. L’urgence se substitue aux libertés en permettant de les restreindre, telles que la liberté de presse ou de circulation. Ces mesures ont posé question, jusqu’au Conseil d’Etat, notamment à propos des assignations à résidence en décembre 2015. Le terrorisme, tant dans son essence que dans ses conséquences, met en danger les Droits de l’Homme.

Pourtant, au Caire, en avril 2016, France Hollande a déclaré que « les droits de l’homme sont une façon de lutter contre le terrorisme ». Vraiment ? C’est ce que nous sommes allés vérifier en mettant en perspective ces propos avec l’arsenal européen de lutte contre le terrorisme. L’Union Européenne, prix Nobel de la paix, fait-elle réellement des droits de l’homme un instrument de lutte contre le terrorisme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *